Actualités de la commune :

La municipalité de Trôo vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année.

 

Mairie de Trôo :

Place Sainte Catherine

41800 Trôo

Tél : 02 54 73 55 00

Fax : 02 54 73 55 01

E-mail : mairietroo@wanadoo.fr

Horaires d'ouverture :

Le lundi de 14h30 à 17h30

Le mercredi de 10h00 à 12h00

Le vendredi de 15h00 à 18h00

 
 

Liste de diffusion InfoTrôo

Recevez toute l'actualité de la commune en vous inscrivant à la liste de diffusion "InfoTrôo" :

(facultatif)

(facultatif)

Recevoir aussi les infos locales : 

 
 

Votre avis nous interresse

Comment trouvez-vous le site internet ?

Parfait

Bien

Moyen

A refaire

Lire les commentaires

 
 

Situation géographique :

 
PATRIMOINE CULTUREL

Les Murailles :

Geoffroy Martel, compte d'Anjou et de Vendôme, construisit les premiers remparts de la ville haute vers 1049, après sa conquête du Maine, pour renforcer sa ligne de défense.

Les murs de 1,50 à 2 mètres de large sont bâtis, comme ceux du château de Vendôme, avec des rognons de silex pris dans un mortier à base de chaux et de charbon.

Foulques-le-jeune les renforça pour lutter contre Louis-le-Gros contre Henri 1er d'Angleterre en utilisant ce qu'il avait appris de l'art militaire byzantin lors de la croisade qu'il fit en 1120. Il y adjoignit de massives tours d'angle de forme circulaire de 10 à 16 mètres de diamètre qui étaient accessibles par des chemins de ronde. Des tours semi-circulaires de 6 mètres de diamètre renforçaient les courtines tous les 15 mètres. De larges fossés complétaient le dispositif en avant des murs des 22 tours qui, faute de protection, ont pour la plupart disparu.

Une seconde enceinte, bien visible, à l'est de la cité, fut élevée au XIVème siècle pour défendre la ville des compagnies de routiers.

Avec la guerre de Cent ans qui désola la vallée du Loir, les XIVème et XVème siècles marquèrent la décadence de Trôo.

La porte de Sougé:

Elle desservait l'ouest du "chateau". Son appareil de tuffeau* (* le tuffeau est un calcaire tendre, plus ou moins siliceux, qui fournit une pierre de taille durcissant à l'air. Il peut être taillé et sculpté.), de poudingue ferrugineux* (* amalgame de petits silex pris dans une pâte ferrugineuse de couleur rouge sombre (grison)) et de silex rappelle une technique utilisée par les croisés pour l'édification des châteaux du royaume de Jérusalem.

La porte fut refaite en 1575 au moment des guerres de religion et défaite en 1900 pour faciliter le passage des chariots de fourrage.

La porte jouxtait la chapelle Saint-Michel dont on peut encore voir le fenestron. Construite au XIIème siècle hors les murs, cette chapelle fut sans doute détruite par les compagnies de routiers de Robert Marcault qui s'abattirent sur le pays dans la seconde moitié du XIVème siècle.

A l'emplacement de la pelouse se trouvait une mare qui prit à la Révolution le joli nom de "Godet de la Nation".

Au nord se trouvait la Maison-Dieu qui, avec son puits (celui "qui parle"), dépendait de la chapelle du grand autel de la collégiale.

La porte de Saint-Calais :

La cure de Trôo s'appuyait sur la porte nord de la cité ; elle fut détruite en 1958.

Des souterrains desservaient la maison et le mur d'enceinte. Il s'agissait du logis du chanoine curé de Trôo, le "numéro 2" du collège, alors que le chevecier était le chef du doyenné et de l'ensemble de ses paroisses.

RetourRetour

Source : E. SERDJÉNIAN, "Le Petit Guide de Trôo", édité par les associations "Les Amis de Trôo" et "TrogloSites de la vallée du Loir", 2000

 

- Mairie de Trôo - Tous droits résérvés -