Actualités de la commune :

La municipalité de Trôo vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année.

 

Mairie de Trôo :

Place Sainte Catherine

41800 Trôo

Tél : 02 54 73 55 00

Fax : 02 54 73 55 01

E-mail : mairietroo@wanadoo.fr

Horaires d'ouverture :

Le lundi de 14h30 à 17h30

Le mercredi de 10h00 à 12h00

Le vendredi de 15h00 à 18h00

 
 

Liste de diffusion InfoTrôo

Recevez toute l'actualité de la commune en vous inscrivant à la liste de diffusion "InfoTrôo" :

(facultatif)

(facultatif)

Recevoir aussi les infos locales : 

 
 

Votre avis nous interresse

Comment trouvez-vous le site internet ?

Parfait

Bien

Moyen

A refaire

Lire les commentaires

 
 

Situation géographique :

 
PATRIMOINE CULTUREL

La Butte :

Cette motte artificielle de 170 mètres de circonférence, remblayée avec la terre des fossés au début du XIIème siècle, s'inscrivait probablement dans un ensemble défensif d'origine celte, réorganisé par les Romains dont font partie : le "camp de César" à Sougé, "Rome" à Trôo, le "camp romain" à Lavardin, l'oppidum de Vendôme. La plate-forme supérieure devait communiquer avec les souterrains.

Foulques-le-Jeune, comte d'Anjou, remplaça en 1121 une probable tour en bois par un donjon rectangulaire de 14 mètres sur 10 qu'il édifia à l'ouest de la butte, à l'emplacement de l'actuelle maison du Louvre. Pour pouvoir le prendre en 1189, après avoir brûlé la ville basse l'année précédente, il faudra que Philippe-Auguste s'allie à Richard-Coeur-de-Lion contre le propre père de celui-ci, Henri II Plantagenêt. C'est à cette époque que le nom de Louvre fut donné au donjon, contemporain du Louvre parisien.

Mais Trôo fut reprise en 1194 par Marcadé, lieutenant de Richard.

Au XVIème siècle, durant les guerres de religion, la butte servait aux supplices et exécutions. Un calviniste y fut brûlé et un autre y fut pendu.

En 1576, malgré la réparation des fossés, des murailles et la pose d'une nouvelle porte à l'ouest, les huguenots saccagèrent la cité et la collégiale.

La paix rétablie avec l'avènement d'Henri IV, il fallut détruire le donjon et les fortifications qui l'entourèrent.

Les titres féodaux y furent brûlés le 10 août 1793 au pied de l'arbre de la Liberté qui s'y dressait.

La maison que l'on peut apercevoir au nord de la butte fut le premier presbytère.

La Butte de Marcadé:

Le nord de l'enceinte (sortie du village en direction de Bessé) était la partie la plus exposée car sans obstacle naturel.

C'est pourquoi une motte artificielle y fut aménagée en cavalier avancé.

Elle porte le nom de "butte de Marcadé" du nom du lieutenant de Richard-Coeur-de-Lion qui devint gouverneur de Trôo en 1194.

De 84 mètres de circonférence et de 9 mètres de hauteur vers 1849, il n'en reste plus grand chose aujourd'hui.

RetourRetour

Source : E. SERDJÉNIAN, "Le Petit Guide de Trôo", édité par les associations "Les Amis de Trôo" et "TrogloSites de la vallée du Loir", 2000

 

- Mairie de Trôo - Tous droits résérvés -