Actualités de la commune :

Du 1er juillet au 3 septembre, parcours-exposition Etephemere-Le Bestiaire

 

Mairie de Trôo :

Place Sainte Catherine

41800 Trôo

Tél : 02 54 73 55 00

Fax : 02 54 73 55 01

E-mail : mairietroo@wanadoo.fr

Horaires d'ouverture :

Le lundi de 14h30 à 17h30

Le mercredi de 10h00 à 12h00

Le vendredi de 15h00 à 18h00

 
 

Liste de diffusion InfoTrôo

Recevez toute l'actualité de la commune en vous inscrivant à la liste de diffusion "InfoTrôo" :

(facultatif)

(facultatif)

Recevoir aussi les infos locales : 

 
 

Votre avis nous interresse

Comment trouvez-vous le site internet ?

Parfait

Bien

Moyen

A refaire

Lire les commentaires

 
 

Situation géographique :

 
PATRIMOINE CULTUREL

La Vallée du Loir est un haut lieu du troglodytisme.

Trôo est le point le plus intéressant de la Vallée ...

Son coteau, orienté au sud, au bord du Loir, traversé de rues transversales reliées par des escaliers, en font tout l'intérêt, et ses caves, nommées "terriers gaulois" par Jules César et "antres" par Ronsard, toute l'originalité.

Limité à l'ouest par la vallée en direction de Bonneveau et, à l'est, par le ravin de la Gouffrande qui conduit à Cellé et Fontaine, Trôo (autrefois Trou) était, sur la vallée du Loir, un site défensif de premier ordre grâce à son élévation de 60 mètres au-dessus de la rivière, entre les Cénomans (le Maine), les Turons (la Touraine) et le Vendômois. Sa configuration autour d'un éperon en facilita la fortification. Ses caves et galeries creusées dans le tuffeau* (* le tuffeau est un calcaire tendre, plus ou moins siliceux, qui fournit une pierre de taille durcissant à l'air. Il peut être taillé et sculpté.) complétaient un système de défense qui permettait le repli des habitants et l'approvisionnement des guerriers. Trôo fut au XIIème siècle une place forte du compté du Maine, alors le domaine des Plantagenêts, en situation avancée vers l'est, à la frontière des territoires capétiens.

 

Trôo fut également au Moyen-Âge un centre religieux important, avec statut d'archidiaconé, qui couvrait les régions de Trôo et de Saint-Calais. En 1230, un décret de l'évêque du Mans Maurice réduisit Trôo au rang de doyanné avec encore 45 paroisses et 3 abbayes, des prieurés et une vingtaine de chapelles.

 

Trôo se situait au carrefour de plusieurs axes de communication, la route de Paris-Chartres à Tours par Artins, celle d'Etampes et de Vendôme en direction de Lude, de la Flèche, de Nantes. Mais, c'est aussi la clémence de son exposition et la facilité de son habitat qui favorisèrent sa croissance. Il suffisait de creuser et d'édifier un mur de façade pour avoir une maison proche des sources du coteau, à proximité de la rivière. A l'époque médiévale, sa population aurait atteint 5 000 habitants. Sa population était de 1 050 habitants en 1806, 767 en 1906, 331 en 1999.

RetourRetour

Source : E. SERDJÉNIAN, "Le Petit Guide de Trôo", édité par les associations "Les Amis de Trôo" et "TrogloSites de la vallée du Loir", 2000

 

- Mairie de Trôo - Tous droits résérvés -