Actualités de la commune :

Le Petit Trôoquet est ouvert.

 

Mairie de Trôo :

Place Sainte Catherine

41800 Trôo

Tél : 02 54 73 55 00

Fax : 02 54 73 55 01

E-mail : mairietroo@wanadoo.fr

Horaires d'ouverture :

Le lundi de 14h30 à 17h30

Le mercredi de 10h00 à 12h00

Le vendredi de 15h00 à 18h00

 
 

Liste de diffusion InfoTrôo

Recevez toute l'actualité de la commune en vous inscrivant à la liste de diffusion "InfoTrôo" :

(facultatif)

(facultatif)

Recevoir aussi les infos locales : 

 
 

Votre avis nous interresse

Comment trouvez-vous le site internet ?

Parfait

Bien

Moyen

A refaire

Lire les commentaires

 
 

Situation géographique :

 
HISTORIQUE
 

Au Néolithique

Toute la région était alors couverte d'une épaisse forêt. Les hommes de l'âge de pierre ont

laissé des traces de leurs vies aux environs immédiats de Trôo, dans les

stations préhistoriques d'Artins et de Sougé, les dolmens de la

Billordière, de Fins, de la Pommeraye et de St Georges près de

St Martin des Bois. Le Dr Henry a retrouvé plus de 1000 outils

datant de cette époque près du village, en rive gauche du Loir.

Il est donc probable que les grottes de Trôo aient été très

anciennement habitées. Cette découverte n'est pas si étonnante

puisque l'on trouvait sur ce site de nombreux abris sous roche,

une rivière poissonneuse, une forêt voisine, des sources claires,

une orientation au Sud, un promontoire qui servait d'observatoire. Le silex noir servait à fabriquer des outils, mais les générations qui se succédaient effaçaient toutes traces d'anciens occupants.

 
 

Période Gallo-romaine

Trôo, déjà occupé par les Gaulois qui l'avaient fortifié, contrôlaient notamment les voies de communication de Vendôme à la Chartre sur le Loir, et de Tours à Chartres. Cette deuxième voie appelée "le grand chemin des Paris", passait le Loir à Artins. Ils se mirent à fouiller profondément la colline, constituant un de ces villages troglodytiques qui faisaient que Jules César comparait les Gaulois aux lapins.

 
 

XIème Siècle

Vers 1050-1085 :

Geoffroy Martel, comte d'Anjou du Maine et de Vendôme, établit le

premier mur d'enceinte et fonde la Collégiale Saint-Martin.

 
 

XIIème Siècle

En 1124 :

Foulque le Jeune, petit neveu de Geoffroy Martel et comte d'Anjou, établit l'ancien château-fort du "Louvre" et fait consolider les fortifications par de puissantes tours pour se protéger d'Henri 1er, roi d'Angleterre qui a envahi le Maine et l'Anjou.

Il construit à Trôo un prieuré dépendant de Marmoutiers qu'il édifia aux Marchais (le Prieuré de Notre Dame des Marchais) et pour se protéger, construit un mur qui part de la porte de St Calais et descend jusqu'à la Gouffrande.

Son fils, Geoffroy Plantagenêt (mort en 1551), restaura la collégiale (façade; nef, 1er étage et clocher) et fit construire la Maladrerie Sainte Catherine.

En 1228, il épouse Mathilde, fille d'Henri 1er, de cette union naquit un fils et qui devint roi d'Angleterre, Henri II. Cette alliance allait permettre à la couronne d'Angleterre de devenir propriétaire de Trôo, comme le furent le Maine, l'Anjou et la Normandie. A la limite de ces deux territoires, Trôo sera sans cesse l'enjeu de luttes entre la France et l'Angleterre.

Henri II aura un fils, Richard Coeur de Lion qui fera de Trôo son bastion avancé.

En 1188 :

Philippe Auguste (1165-1223), roi de France, s'attaque à Trôo : il s'empare de la rue basse et la détruit.

En 1189, il récupère Trôo après s'être allié à Richard Coeur de Lion pour combattre Henri II, le père de ce dernier.

En 1190 :

Mort d'Henri II : Richard Coeur de Lion est proclamé roi d'Angleterre en 1191.

Richard Coeur de Lion et Philippe Auguste partent ensemble pour

la croisade en Terre Sainte. Au retour, Richard est fait prisonnier en

Autriche et est livré à l'empereur Henri IV. Philippe Auguste offre

une forte somme, pour qu'il le garde prisonnier. Philippe Auguste

s'allie à Jean Sans Terre, le frère de Richard, et le reconnaît roi

d'Angleterre en échange de la Touraine et de la Normandie.

En 1194 :

Richard est finalement libéré et reprend son trône. Lui qui depuis l'enfance était fiancé à Alix, la soeur de Philippe Auguste, rompt ce lien et épouse Bérangère, fille du roi de Navarre

5 Juillet 1194

Batailel de Fréteval : défaite de Philippe Auguste, roi de France. markadé, chef des Barbaçons, mercenaires alliés à Richard Coeur de Lion, s'empare de Trôo et s'y établit en gouverneur.

La "Butte de Markadé" qui existe toujours, montre que les habitants n'ont jamais oublié le nom de ce dévastateur.

En 1199 :

Mort de Richard Coeur de Lion : Jean Sans Terre, son frère, devient roi d'Angleterre. Il offre Trôo à son épouse Isabelle d'Angoulême en 1200. La légende raconte que le vieux château-fort de Trôo, appelé "Le Louvre", fut jadis habité par une princesse "dont les domaines s'étendaient jusqu'à la mer".

 
 

XIIème Siècle

Commencement du déclin de Trôo ...

En 1208 :

Philippe Auguste récupère l'Anjou, la Touraine, le Maine, le Poitou et la Normandie, le tout approuvé par un traité.

En 1230 :

Trôo est à cette époque un centre religieux important qui couvre les régions de Trôo et Saint Calais ; un décret de l'évêque du Mans Mgr Maurice réduisit Trôo au rang de doyenné avec encore 45 paroisses et 3 abbayes, des prieurés et un vingtaine de chapelles.

En 1270 :

Jean V, comte de Vendôme signe un accord par lequel Trôo, jusqu'alors dépendant des comtés du Maine et de l'Anjou, est annexé au comté de Vendôme.

 
 

XIVème Siecle

De Pierre Gouguel, évêque du Mans, date la remarquable restauration du choeur de la Collégiale Saint Martin.

En 1364 :

Des compagnies, qui s'étaient établies dans le Perche et la Beauce, et dirigées par Robert Marcault, s'abattirent sur Trôo qu'elles ravagèrent et occupèrent longtemps.

 
 

XVème Siècle

La Guerre de 100 ans entretînt une durable désolation dans la Vallée du Loir.

22 mars 1421 :

La bataille de Baugé rendit l'espoir, Français et Ecossais poursuivirent

les anglais vers le Lude. C'est Jeanne d'Arc qui, avec les mêmes

chefs, devait délivrer Orléans.

Le XVème Siècle vit la fondation à Trôo, d'un Hotel-Dieu pour accueillir

les malades : la Maladrerie Sainte Catherine

 
 

XVIème Siècle

Louis Tourtay, restaure avec ses propres deniers les transepts de la collégiale.

Trôo devint une Châtellenie et une grande partie de la population se convertit au protestantisme.

Les catholiques prirent pour chef Pierre de Ronsard qui les emmena guerroyer contre les bandes protestantes.

Le roi de Navarre vendit Trôo en 1574.

En 1575, Trôo était pris entre les partis adverses d'Henri III et de son frère François Duc d'Alençon.

La peste frappa la région à plusieurs reprises durant ce siècle et beaucoup moururent.

En 1589 : Henri IV s'empare de la région.

En 1593 : L'abjuration de 1593 mit fin à la guerre et rendit la tranquillité à la petite cité appauvrie.

 
 

XVIIème siècle

En 1610 :

Démembrement du duché de Vendôme. les seigneurs de Courtanvaux et de Montoire plaidèrent à qui possèderait Trôo.

En 1632 :

Une nouvelle épidémie de Peste. Louis XIV accorda que toutes les fondations charitables fussent reportées sur l'hôpital de Montoire, et Trôo perdit sa Maladrerie, son Hôtel-Dieu et leurs revenus.

Le seigneur de Montoire et celui de Courtanvaux se mirent d'accord, le premier eut la ville basse et le second la ville haute avec "le Louvre".

 
 

La révolution de 1789

Trôo comptait 1100 habitants, son commerce le plaçait immédiatement après Montoire.

Les vols se multipliaient, ce fut une époque troublée.

 
 

XIXème et XXème Siècles

En 1815 :

La population, à l'approche des Alliés, qui envahissaient la France après Waterloo, se réfugia dans les caforts. Pour les en déloger, les Prussiens mirent le feu au foin et enfumèrent les galeries. Les francs-tireurs et les réfugiés furent remontés clandestinement par le puits du Louvre.

En 1886 :

Les restes de la Maladrerie Sainte Catherine sont sauvés par le curé de Trôo, l'abbé Haugou. Il obtint son classement et décida les Monuments Historiques à remettre en état la Collégiale Saint Martin. Il découvrit les fresques de Saint-Jacques-des-Guêrets et les statues qui y étaient murées.

Entre 1918 et 1939

Trôo fut découvert par de nombreux citadins qui appréciaient l'ensoleillement de son coteau. Ils transformèrent des caves en villas.

En 1940 :

Lors de l'avancée des troupes allemandes, Trôo devint un refuge pour de nombreux fugitifs. De nombreux enfants y furent cachés jusqu'à la libération.

Pendant l'occupation, Trôo fut un centre de ravitaillement pour les citadins affamés.

Trôo fut libéré le 11 août 1944.

 
 

- Mairie de Trôo - Tous droits résérvés -